Naturopathe herboriste phytothérapeute

Écouter battre la forêt

À quoi sert le plantain ? Les vertus d’une simple abondante.

« Les informations fournies dans cet article sont uniquement à des fins éducatives et informatives. Elles ne doivent en aucun cas remplacer les conseils, le diagnostic ou le traitement médical professionnel. Avant d’entreprendre tout régime, programme d’exercice, traitement médical ou de prendre des compléments alimentaires, veuillez consulter un professionnel de la santé qualifié. L’auteur et les éditeurs de cet article ne sont pas responsables des conséquences résultant de l’utilisation ou de l’interprétation des informations fournies ici. »

plante médicinale plantain lancéolata plantain major plantain média psyllium blond piqure d'ortie piqure d'insecte

On le connaît bien pour sa redoutable efficacité à calmer les piqûres d’ortie. Pour ma part, j’aurais aimé connaître cette petite astuce avant de tomber à vélo dans un talus foisonnant de ces plantes urticantes honnis.

Aujourd’hui mon fils sait qu’il faut mâchouiller une de ses feuilles pour en faire une pâte salvatrice qui, disons-le, nous donne la sensation que la vie est finalement bien faite.

Mais fort heureusement, ce n’est pas son seul atout et, on vous en a sûrement rabâché les oreilles, mais je vais vous la présenter quand même cette plante magique qui ne paie pas de mine !

Origine et description

Il existe une foultitude d’espèces aux caractéristiques variées et à la morphologie différente. Ceux qui nous intéressent le plus sont les plantains lancéolés, majeurs et moyens que l’on distingue à leur feuille respectivement élancée pour le premier, grande et ronde pour le second et plus petite mais toujours ronde pour le troisième.

Les psylliums (comme ceux que l’on trouve en magasin bio et qui sont largement utilisé pour le transit) font aussi partie du genre des plantains. Mais cette fiche se concentrera surtout sur les trois espèces précédemment citées.

Reste que la plupart des plantains ont des feuilles basales, une tige surmontée d’une inflorescence en épis qui donnent de nombreuses petites graines (c’est d’ailleurs les graines du plantago ovata que l’on utilise pour réaliser le psyllium blond).

Composition chimique

Le plantain regorge de composés bénéfiques pour la santé, notamment des iridoïdes, des flavonoïdes, des acides phénols, des mucilages, des tanins, des saponosides, des minéraux tels que le zinc et le potassium, ainsi que des vitamines B, C, E et K.

Propriétés médicinales

Grâce à sa composition riche, le plantain possède de nombreuses propriétés médicinales, notamment anti-inflammatoires, antioxydantes, antihistaminiques, antiseptiques, cicatrisantes et expectorantes.

Indications principales

Mais alors, à quoi sert le plantain ? Et bien tout dépend de la manière dont on l’utilise…

En interne :

  • Il soulage les affections respiratoires comme la toux, l’asthme et les allergies.
  • Il améliore les troubles digestifs tels que les ulcères, les inflammations et les spasmes.
  • On peut aussi le conseiller lors des cystites légères, en préventif ou en post-curatif.

 

En externe :

  • Il soulage les piqûres d’insectes, les brûlures légères, les éruptions cutanées et l’eczéma.
  • il accélère la cicatrisation des plaies et des coupures.
  • Enfin, il réduit l’inflammation et le gonflement des blessures

Parties utilisées

Ce sont les feuilles fraîches ou séchées que l’on utilise le plus , bien qu’on puisse également utiliser les graines pour certains remèdes (particulièrement si on cherche les mucilages de la plante).

Exemples pratiques

Si l’on peut l’utiliser sans le transformer, simplement en le machant et en l’applicant comme cataplasme, le baume reste un moyen bien plus efficace d’optimiser son usage.

  • en le faisant macérer au préalable et en mélangeant par la suite le macérat à de la cire d’abeille on obtient une préparation pratique d’usage et à même de traiter les petits problème de peau facilement et efficacement.
  • En tisanne, on utilise les feuilles sèches à raison d’une cuillère pour une tasse que l’on laisse infuser 10 minutes. C’est un bon moyen de prévenir les crises allergiques, voir de les calmer, ou encore de soulager la toux et dégager les voies respiratoires.

Mais personnellement, je préfère pour son usage antihistaminique, l’employer sous forme d’alcoolature. Et pour ceux que cela intéresse, je vous partage ma recette de l’alcoolature de plantain à emmener partout en printemps quand reviennent les allergies saisonnières. (C’est ici)

Si ce petit article vous a plus, ne manquez pas de vous procurer gratuitement la fiche rédigée par mes soins qui résume en une monographie simplifiée tout ce qu’il y a à savoir sur les plantains.

Simon THEL

Simon THEL

Praticien en herboristerie - éducateur nature

partager l'article sur les réseaux:

Les autres articles

S'inscrire à la Newsletter